Retour sur la 3e édition d’Act in Space Nantes

La 3e édition d’Act in Space s’est tenue le dernier weekend de mai à Nantes, tout comme dans 80 autres villes à travers le monde. Retour sur l’épreuve nantaise.  

24h pour créer un projet

Les 25 et 26 mai 2018 a eu lieu la 3e édition d’Act in Space, à Nantes et simultanément dans 80 autres villes dans le monde. Ce challenge international a pour objectif d’inventer, en seulement 24h, les services de demain à partir des technologies spatiales. Plus de 3 000 jeunes de toutes nationalités ont relevé ce défi, dont 33 à Nantes. 
Ce marathon collaboratif, porté par le Centre National des Études Spatiales (CNES), l'Agence Spatiale Européenne (ESA) et leurs partenaires, s’est joué à Nantes entre 7 équipes composées de 3 à 5 jeunes. Après avoir choisi l’un des 40 défis proposés, chacune d’elles a disposé de 24 heures pour créer une startup utilisant des technologies spatiales aux bénéfices des citoyens, de l’emploi et de la planète. 
Des coaches en entreprenariat, des spécialistes de la propriété industrielle ou encore des experts du domaine spatial étaient présents pour accompagner les jeunes dans leur démarche, répondre à leurs questions et les orienter. Diverses sessions de « speed learning » ont également été proposées pour les aider à réaliser leur buisness model. 

Finales en vue

À l’issue des 24 heures de réflexion et de travail, les équipes ont pitché tour à tour devant le jury composé de Marc Guillet du programme Les Entrepreneuriales, de Thomas Fouquet du CNES, Lionel Fournier d’Harmonie Mutuelle et de Jean-Luc Jaglin. Ils ont choisi le projet qui leur a le plus plu, en fonction notamment de la validité du modèle commercial, des bénéfices attendus et, du caractère innovant et original du projet. C’est NOVA CULTURE qui a gagné, avec son application exploitant l’intelligence artificielle pour rendre l’agriculture plus durable :

"Sachant que les exploitations agricoles consomment énormément d’eau, d’engrais mais aussi de pesticides, il nous a paru important de créer une application visant à réduire ces consommations. Ainsi, l’agriculteur ayant notre application pourrait savoir les quantités exactes à mettre dans ses champs et s’inscrire dans une démarche de développement durable. En s’inscrivant dans cette démarche, l’agriculteur pourrait être guidé vers l’éligibilité aux aides de l’État."

Charles VIVOIX, Thomas SCHILLACI (1ère année IMT Atlantique), Erwan DEBRAY, Philippine QUITTE et Cheyenne FRESKO (1ère année DUT Qualité Logistique Industrielle et Organisation)

Ils ont maintenant rendez-vous à Toulouse les 26 et 27 juin 2018 pour présenter leur projet lors de la finale nationale d’Act in Space, voire peut-être la finale internationale avec un pitch en anglais. À la clé un voyage à Kourou pour assister au lancement d’une fusée (finale nationale) ou un vol en apesanteur à bord d’un Airbus Zero-G (finale internationale).